Lapas attēli
PDF
ePub
[ocr errors]

ou crimes 'dont il a pu être antérieurement accufé, enfin du caractère connu de cet homme dans les tems précédens de fa vie. Ce compte envoyé par la cour qui a prononcé le fentence, met les infpecteurs en état de prendre une opinion première de ce nouvel homme, et des foins plus ou moins furveillans qu'il faut en avoir.

Le travail qui lui est donné, est proportionné à fes forces, et à fa capacité. Il y a dans la maison des métiers de tisferans, des établis et des outils de menuifiers, des boutiques de cordonniers, de tailleurs. Les convicts de ces profesfions peuvent s'y livrer. Les autres font employés à fcier du marbre, à le polir, à faire des copeaux de bois de cèdre, à broyer du plâtre de Paris, à carder de la laine, à battre du chanvre. Les infpecteurs viennent d'ajouter à ces ateliers une manufacture de cloux, fufceptible d'employer un grand nombre de perfonnes et d'un grand profit pour la maison. Les plus faibles, les plus maladroits épluchent de la laine, du crin et de l'étoupe. Chacun eft payé à raison de fon travail. Le marché est fait entre le concierge et les différens entrepreneurs de la ville pour chaque forte d'ouvrages et en présence du convict. Celui-ci doit payer

fa nourriture, fa part de l'entretien de la maifon, de la location des outils. Ce prix, qui fuit nécessairement celui des denrées, eft fixé par les infpecteurs, quatre fois l'année; il est aujourd'hui porté à quinze pence (*) et l'homme le plus vieux, ne travaillant qu'à éplucher des étoupes peut gagner 21 ou 22 pence. I y a des hommes qui gagnent plus d'un dollar par jour.

Indépendamment de la penfion que le travail des conrias doit payer, la loi les condamne à acquitter les frais de leur procès, et l'amende qui est toujours prononcée. Ils obtiennent communément la remife de la partie de cette amende qui doit être verfée dans le trésor de l'Etat mais ils font ftrictement tenus de payer celle en reftitution d'effets qu'ils auraient volés, et les frais du procès. Le comté leur fait l'avance des fommes nécessaires pour ce dernier objet; il est remboursé fur le produit de leur travail, s'il ne l'est, par leur famille ou leurs amis.

Les femmes font employées à filer, à coudre, à dresfer du chanvre, à blanchir pour la maifon. Leur travail n'est pas aussi productif que celui

(*) 18 Sous et demi de Francé et 9 fous d'Angleterre.

[ocr errors]

des hommes; mais il l'est asfez pour payer les sept pence par jour, fomme fixée pour leur penfion et peut leur valoir audelà, fi elles s'employent tout le jour. Ne travaillant point à des ouvrages de force, leur nourriture est moins confidérable.

Le geolier n'est plus ici, comme il l'est trop fouvent ailleurs, un exacteur qui met à contribution la foiblesfe, la captivité, la mifère même des prifonniers. Point de bien-venue; point de rétribution pour les faveurs particulières; point d'argent à payer en fortant. Le peu d'appointemens de certaines places en Europe, femble autorifer celui qui les posfède à en étendre les revenus, et il est bien difficile que l'adrniniftrateur fupérieur qui fait que cet homme n'a matériellement pas de quoi vivre de fa place, ne ferme pas les yeux fur quelques moyens qu'il prend pour compléter fa fubfiftance. Ces moyens font des abus qui pasfent bientôt en ufage, bientôt après en droit, et que l'adminiftrateur le plus pur et le plus fevère ne peut plus déraciner. Il perdrait plutôt fa place lui-même, s'il le tentait férieufement: car les abus acquièrent une force redoutable de l'intérêt commun de tous ceux qui en vivent. Les petites exactions qui quadruplaient et décuplaient même peut

être, en France, les gages du rat-de-cavez avaient tant d'affinité avec les tours-de-bâton du fermier-général, ou les revenans bons du ministre des finances, que celui-ci, tout en blâmant souvent, en converfation, ces petites vilenies fubalternes, ne les réformait cependant jamais. Ces vices n'appartiennent pas plus à la monarchie qu'à tout autre gouvernement, pas plus à la France qu'à tout autre pays. Sous des noms différens les abus font partout, dans les mêmes circonftances, à peu près, les mêmes.

Ce genre d'exaction avide, femble ausfi devoir appartenir d'avantage aux conditions avilies dans la fociété. C'est une espèce de vengeance que ceux qui peuvent fe pasfer de l'eftime des autres exercent pour le mépris qu'ils en reçoivent. La confidération accordée aux hommes est par-tout un premier garant de leur bonne conduite et il faut être honnête, d'une manière bien diftinguée, pour fentir férieusement le befoin de s'eftimer foi-même, quand on est für d'être généralement méprifé des autres.

Ces principes qui fervent de règles pour la conduite des prifonniers, ont dû diriger les inspecteurs dans le choix du geolier, car il en est le moyen principal. Comme aucun prifonnier n'est jamais mis aux fers, que les coups, les

matt

mauvais traitemens, les menaces, les reproches font interdits à ceux qui les approchent ; que tout le régime de cette maifon de répresfion, tend à en faire une maifon d'amélioration, la place de geolier n'y répugne à la délicatesfe d'aucun honnête homme. Les appointemens en font très-bons, et les gages des fous-ordres font fuffifans pour les faire vivre convenablement: la furveillance journalière des infpecteurs ajoute un degré de certitude à l'intégrité de ces fubalternes, et il en réfulte, non feulement l'abfence de toute exaction envers les prifonniers, mais même l'évidence qu'il n'en peut pas exifter.

A

Chaque prifonnier a un petit livre fur lequel on écrit le marché fait en la préfence par l'entrepreneur étranger pour le prix de fon travail, et les gains qu'il fait en conféquence.' Les dettes du convict pour la pourfuite de fon procès, pour les amendes auxquelles il a été condamné, pour les outils qu'il peut casfer; pour les vêtemens, enfin pour fa penfion, font ausfi journellement inferits fur ce livre, qui est arrêté tous les trois mois, en préfence des infpecteurs. Le double de ces comptés, est porté fur'un registre général, ou chaque quartier ausfi, le compte de chacun est balancé et l'argent est verfé dans la caisle du tréforier du comté qui devient ainfi le

[ocr errors]
[merged small][ocr errors]
« iepriekšējāTurpināt »